9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 17:58
Des niouzes

Il n'y en a toujours pas des masses... Si ce n'est qu'on est en avril et je me suis découvert... de plus d'un fil ! Adieu pulls, sweat, blousons. On se croirait en été : on roule décapoté !

Des niouzes

Au golf malgré une leçon, ça reste dur... le trou est chaque fois trop loin et puis il est trop petit ! Mais bon... ça vaut tout de même un selfie... pour faire comme tout le monde !

Des niouzes

Robert (ça m'énerve !) s'en sort bien mieux comme on peut le voir sur cette photo. En cherchant bien, vous pouvez même voir la balle, petit point blanc dans le bleu du ciel...

Et l'après midi, promenade avec  les toutous avec en fond le Canigou...

 

Des niouzes

En passant, un petit arrêt pour vérifier que les abricots vont bien. Car ils apparaissent déjà ! Ceux-ci se retrouveront dans quelques semaines transformés en confiture...

Des niouzes

Partager cet article

9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 18:11
Quoi de neuf ?

Rien de neuf.

Alors, pour faire vivre tout de même un peu ce blog, je vous donne quelques nouvelles en images.

D'abord, vous verrez que Bianca est toujours aussi folle de sa "babale", que Ricky est toujours fan de bâtons... et enfin que le mimosa est en fleurs depuis une semaine.

Donc les intempéries qui sévissent un peu partout nous ont oubliés, et c'est très bien ainsi !

Et pour les oiseaux du quartier : le restaurant est ouvert !

Quoi de neuf ?
Quoi de neuf ?
Quoi de neuf ?
Quoi de neuf ?

Partager cet article

31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 13:40
HAPPY 2014 !

Partager cet article

26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 16:24
En direct du paradis

Salut, c’est Jimmy ! Ouaip, Jimmy-le-chien-qui-écrit-depuis-le-paradis ! Je sais, on me reproche de ne pas écrire assez souvent, mais bon… on a à la fois l’éternité devant nous et pas une minute à soi.

Ben, oui, c’est qu’on est toujours occupés ici. Là, je faisais un jeu avec les copains, « l’énigme du bâton perdu ». C’est Helmut, un berger teuton, ancien canidé-policier, qui a lancé le machin, et ça fait fureur ! J’vous explique pas les règles, c’est trop compliqué pour vous les zumins.

Bref, j’étais avec mon pote Eros, on était à deux griffes de retrouver le bâton, quand j’ai été appelé à la grande porte. Là, je me grouille parce que le portier, monsieur Simpiair, il est pas toujours commode ! En plus je dois être gentil avec lui. C’est lui qui a un nordi et qui me permet de vous envoyer mes petites lettres. Il me laisse m’en servir en grommelant dans sa barbe, mais dans le fond, il est sympa.

J’arrive à la porte, monsieur Simpiair était en grande discussion avec un bonhomme drôlement habillé qui n’avait pas l’air de bonne humeur.

- Quand même, vous exagérez Simpiair, vous me faites venir ici, et maintenant vous me dites que vous n’avez plus besoin de moi ?! Je viens du 19e, c’est pas le paradis d’à côté !

- Désolé, je pensais avoir besoin de vous pour une arrivée. Je n’avais trouvé personne pour l’accueil, alors je me suis dit qu’un homonyme, ce serait bien… mais finalement j’ai trouvé quelqu’un qui connait quelqu’un qui l’a connu…

- Pardon ?

Simpiair se tourne vers moi :

- Quand Il est mort, il était sourd comme un pot ! Depuis qu’il est ici ça va mieux, mais il a toujours des difficultés si on ne parle pas assez fort…

- Du Roquefort ? Je n’aime pas le roquefort !

- Non Ludwick, je disais que je m’excuse encore !

- Bon, je retourne chez moi alors, je vous salue !

Et il part en chantonnant un truc avec des pommes… "Pomme, pomme, pomme, poooomme…"

- Restez ici Jimmy, me dit Simpiair, il ne va pas tarder… c’est un canidé qui a rencontré Bruno et Robert vos copains zumins comme vous dites, j’aimerais que vous lui fassiez faire le tour du paradis.

Et, là arrive un grand canidé roux comme un nécureuil, la langue pendante.

- C’est ici, je suis arrivé ?

- T’es arrivé à destination ! Moi c’est Jimmy, et toi ?

- Moi c’est Beethoven. Ouf, j’suis crevé !

- Ben oui, on est tous crevés ici !

- Très drôle ! C’est pas ça que j’voulais dire : je suis crevé-fatigué. Mes derniers jours ont été difficiles, j’avais mal… il était temps que ça s’arrête.

- J’ai connu ça aussi, Beethoven. Suis-moi, m’sieur Simpiair a demandé que je te fasse faire le tour. Et je vais te présenter mes copains.

En chemin, je lui parle de mes amis zumins, lui me raconte un peu sa vie. Roxane qu’il adorait, Hervé, Nicole où il allait en vacances, et puis surtout son grand copain zumin Valentin.

- J’suis triste de les quitter… surtout Val ! J’ai bien vu qu’il était triste aussi, mais franchement, j’en pouvais plus !

- Si tu veux, je peux écrire un mot à Bruno et lui leur transmettra.

- Tu peux faire ça ? C’est formidable ! J’suis parti sans pouvoir leur dire au revoir… on ne sait pas parler quand on est en bas…

Je lui explique que c’est un peu ma spécialité ici. Hier j’ai envoyé une lettre au Honduras à une certaine Dolores de la part de Chupeta, une petite chihuahua adorable. (D’habitude les femelles chihuahuas m’énervent un peu - tellement bavardes - mais elle est très sympa !) Bref, pas de problème pour envoyer une bafouille.

- Qu’est-ce que tu veux leur dire ?

- Ben écoute, Jimmy, faut surtout qu’ils sachent qu’ici, je suis vachement bien. J’ai plus mal, faut donc pas qu’ils soient tristes… et puis, j’voudrais surtout qu’ils sachent que j’ai eu une vie formidable ! Les zumins disent « une vie de chien », j’ai entendu ça. Mais moi… j’ai eu une vie de prince ! Un beau jardin, une belle maison dans une rue toute calme : je pouvais faire mon petit tour, tous les jours… et puis les vacances… tu connais la dunedupila ? C’est un énoooorme tas de sable ! T’as jamais vu ça ! Dingue ! Et puis ils étaient tous tellement gentils avec moi…

Et voilà, comme ça, en bavardant, on a fait le tour du paradis, je lui ai présenté tous mes copains chiens et chats puis Beethoven est parti se reposer au soleil. On s’est donné rendez-vous pour le lendemain. Je vais lui apprendre le jeu du « bâton perdu ». je suis sûr qu’avec lui dans notre équipe, on va faire un malheur !

Je vous laisse. Je m’en vais une petite sieste comme Beethoven. Lèlèches à vous tous,

Jimmy

En direct du paradis

P.S. "Je suis bien, je vais bien, je vous adore. Une grosse lèlèche, Val !"

Vôtre Beethoven.

Partager cet article

21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:22
EL CELLER DE CAN ROCA meilleur restaurant du monde ?

Nous voici au restaurant « El Celler de Can Roca »,(en français : la cave de la maison Roca) désigné cette année « meilleure table du monde » !

Nous connaissions déjà l’établissement que tenaient les trois frères Roca, fondé par leurs parents à Taialà, un quartier des alentours de Gérone. Depuis la fermeture du célébrissime « El Bulli » de Ferran Adrià (que nous avions visité par deux fois, tout au début de sa folle notoriété), le Can Roca était déjà le restaurant le mieux côté de Catalogne.

« El Celler de Can Roca » a reçu son premier « macaron Michelin » en 1995, son 2e en 2002 (époque de notre visite), et enfin, le 3e en 2009.

Consécration suprême, le voici donc en tête des « 50 meilleurs restaurants au monde 2013» de la revue britannique « Restaurant ».

Il succède ainsi au «Noma» de Copenhague qui occupait cette première place depuis 2010 et qui est maintenant relégué à la seconde. Un déclassement qui intervient après l’épisode de février 2013 et dont on a beaucoup parlé, quand 63 personnes ont souffert d'intoxication alimentaire après y avoir dîné. « Noma » avait donc le titre, peu envié, de « double gastro » : « nomique » et « entérite » !

The World's 50 Best Restaurants

Chaque année les quelques 900 votants (chefs, critiques culinaires et gastronomes) élisent leurs 7 restaurants préférés, testés au moins une fois dans les 18 mois qui précèdent. Cela dans 27 régions du globe. Mais les détracteurs prétendent qu’aucune preuve de visite n’est exigée… « Opération douteuse, habilement déguisée en baromètre infaillible de la gastronomie mondiale » disent-ils. Ferran Adrià, pourtant cinq fois lauréat, évoque un manque de crédibilité, Robuchon parle lui d’un manque de fiabilité.

Alors, est-ce mieux ou moins bien que le cassement du guide rouge Michelin où un seul inspecteur peut attribuer – ou enlever - une étoile et bouleverser ainsi l’avenir d’un établissement ? On pourra d’ailleurs polémiquer longtemps encore quant à savoir s’il est judicieux de hiérarchiser les chefs comme des compétiteurs d’une course planétaire à l’échalote …

Mais finalement c’est Joan Roca lui-même qui met tout le monde d’accord : « Le plus important est que le client reparte content et ait envie de revenir, indépendamment du fait que le restaurant est le numéro un ou le numéro deux, le trois ou le cinquante, ou que nous ayons trois étoiles ou deux ». Sages paroles…

EL CELLER DE CAN ROCA meilleur restaurant du monde ?

Cela dit, être en tête des 50, ça marche : en avril nous avions demandé de réserver une table pour mon anniversaire, qui tombe en juillet. On nous a répondu : « Pas de place avant novembre… Et si vous voulez venir un samedi, pas de place avant avril 2014… »

Nous y voici donc, en novembre, pour fêter l’anniversaire de Robert. Serons-nous contents et aurons- nous envie de revenir ? Je vous avoue qu’au moment de pénétrer dans le restaurant, je n’en sais rien. J’avoue commissaire : je passe à table !

Très belle la table du reste, dans une salle très zen où les vitres et le bois dominent. L’accueil est souriant, le personnel très prévenant.

Le menu

EL CELLER DE CAN ROCA meilleur restaurant du monde ?
EL CELLER DE CAN ROCA meilleur restaurant du monde ?

Je vous l’accorde, au départ, ça fait peur ! Tant de dégustations, tant de plats ! Mais dès qu’on goûte à la première mise en bouche, on est au paradis ! C’est le monde vu par Jordi Roca, chaque bouchée représentant un pays...

Ces quelques photos vont illustrer une partie la carte et vous donner une idée de ce festival de saveurs, de ces explosions de goûts.

Outre les dix « mises en bouche » toutes aussi insolites, amusantes et goûteuses les unes que les autres, ce sont plus d’une douzaine de plats (en toutes petites portions) qui vont se succéder sur votre table. Accompagnés de vins ibériques, français et même allemands dénichés par Josep Roca, tous en parfaite adéquation avec chaque assiette.

Croustillant de gamba - Blossom Carpano - Bouillon de légumes (+ de détails : voir le menu)Croustillant de gamba - Blossom Carpano - Bouillon de légumes (+ de détails : voir le menu)Croustillant de gamba - Blossom Carpano - Bouillon de légumes (+ de détails : voir le menu)

Croustillant de gamba - Blossom Carpano - Bouillon de légumes (+ de détails : voir le menu)

Glace Viennetta aux asperges et truffe - Cèpe (Boletus edulis) - Salade d'anémone de mer (+ de détails : voir le menu)Glace Viennetta aux asperges et truffe - Cèpe (Boletus edulis) - Salade d'anémone de mer (+ de détails : voir le menu)Glace Viennetta aux asperges et truffe - Cèpe (Boletus edulis) - Salade d'anémone de mer (+ de détails : voir le menu)

Glace Viennetta aux asperges et truffe - Cèpe (Boletus edulis) - Salade d'anémone de mer (+ de détails : voir le menu)

Une gamba entière - Langoustines vapeur (j'en avais déjà mangé une !) - Sole grillée (+ de détails : voir le menu)Une gamba entière - Langoustines vapeur (j'en avais déjà mangé une !) - Sole grillée (+ de détails : voir le menu)Une gamba entière - Langoustines vapeur (j'en avais déjà mangé une !) - Sole grillée (+ de détails : voir le menu)

Une gamba entière - Langoustines vapeur (j'en avais déjà mangé une !) - Sole grillée (+ de détails : voir le menu)

Mandala épicé de fleur d'artichaut - Parfait de pigeon - Pomme d'amour (+ de détails : voir le menu)Mandala épicé de fleur d'artichaut - Parfait de pigeon - Pomme d'amour (+ de détails : voir le menu)Mandala épicé de fleur d'artichaut - Parfait de pigeon - Pomme d'amour (+ de détails : voir le menu)

Mandala épicé de fleur d'artichaut - Parfait de pigeon - Pomme d'amour (+ de détails : voir le menu)

EL CELLER DE CAN ROCA meilleur restaurant du monde ?

Au niveau des plats les plus remarquables furent pour nous d’abord le bouillon de légumes. Qui n’est pas un vrai bouillon car cuit à 60° il n’a jamais bouilli…

Ensuite la glace vienetta où la saveur des asperges vous explose en bouche, parfumée de truffe ! Divin !

La gamba grillée : magnifique, la langoustine cuite devant nous à la vapeur, superbe. Vous voyez sur la photo les pierres qui sont brûlantes, on arrose de sherry et la langoustine est cuite à la seconde !

Et cette étonnante pomme d’amour emplie de mouse de pomme… Extraordinaire, divin, magnifique, génial… on a bien besoin d’un dictionnaire de synonymes quand on écrit sur ce restaurant !

A gauche avec Jordi Roca, à droite avec Josep RocaA gauche avec Jordi Roca, à droite avec Josep Roca

A gauche avec Jordi Roca, à droite avec Josep Roca

Le meilleur du monde ! Est-ce mérité ? Personnellement je ne peux pas me prononcer avant d’avoir essayé tous les autres… mais en tout cas celui-ci mérite juste le qualificatif de « fabuleux » !

Partager cet article

12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:07

Comme chaque année, en cette saison, j'ai le plaisir de vous annoncer le

Concert de Noël du Choeur SAMMARTINI.

Et comme d'habitude, il est prudent de réserver !

Concert de Noël

Partager cet article

27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 17:50
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

Essaouira, ville portuaire sur la côte atlantique, fut tour à tour carthaginoise, romaine, berbère et portugaise.

Les îles Purpuraires, qui font face à la ville d'Essaouira, constituent depuis les temps anciens une étape sur la route des navigateurs phéniciens, carthaginois et grecs.

En 1764, le sultan Mohammed ben Abdellah décide d'installer à Essaouira sa base navale. Il en confie la construction à un architecte français, disciple de Vauban.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

Avec son plan très régulier, la ville mérite bien son nom actuel d'Es Saouira, qui signifie « la Bien-Dessinée ».

Elle a aussi été appelée Mogdura en portugais, Mogadur en espagnol et Mogador en français.

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

Sa médina est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

De 1949 à 1952, Orson Welles investit l’ancienne Mogador pour y tourner son « Othello ».

Film fauché, mais considéré comme l’une des meilleures adaptations de Shakespeare au cinéma.

Le film remporta le grand prix du Festival de Cannes en 1952.

"Tourné durant près de deux ans dans des conditions d'improvisation constante qui contribuent certainement à l'extraordinaire vitalité d'un film.

Welles inaugurait avec Othello sa période européenne en portant immédiatement à son sommet l'esthétique du non-raccord qui gouvernera désormais la plus grande partie de son oeuvre." (Youssef Ishaghpour)

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
"Essaouira, ville blanche sur sa presqu'île rocheuse, surgissant des eaux comme un rêve de pierre sur lequel le temps n'aurait pas prise..."

"Essaouira, ville blanche sur sa presqu'île rocheuse, surgissant des eaux comme un rêve de pierre sur lequel le temps n'aurait pas prise..."

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)
IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

Le très bel hôtel HEURE BLEUE PALAIS qui fait partie de la chaîne des Relais et Châteaux.

.

Bâtie à la fin du XIXème siècle, « la belle endormie » comme on l’appelle ici, fut longtemps la somptueuse demeure du caïd Mbark Saïdi.

Reprise par un riche marchand, elle fut ensuite transformée en orphelinat jusque dans les années 60 puis laissée à l’abandon pendant plus de trente ans.

L’Heure Bleue Palais a rouvert ses portes en Juin 2004 après plus de trois ans de travaux de rénovation et de reconstruction. C’est aujourd’hui l’une des fiertés d’Essaouira, dans laquelle de nombreux artisans souiris ont apporté leur passion et leur savoir-faire.

De la terrasse, on domine toute la médina;De la terrasse, on domine toute la médina;

De la terrasse, on domine toute la médina;

IMAGES DE MOGADOR (ESSAOUIRA)

Partager cet article

26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 13:33
IMAGES DE MARRAKECH

Marrakech. La ville qui a eu le privilège de donner son nom français au pays (dérive de la traduction portugaise de Marrakech : Marrocos) fut fondée en 1062.
Elle fut la capitale de trois dynasties. Sa Médina fourmille de jour comme de nuit d’une animation sans nulle autre pareille. Cœur historique de la ville elle s'étend sur une superficie de 600 hectares et est entourée de 19 km de remparts.
Avec près de 3.000 derbs (ruelles), les souks sont un véritable défi à la planification urbaine !
Au centre, immense scène à ciel ouvert, la place Djamaa el-Fna est le cœur vibrant cette médina.

Pour visionner les clichés en grand format : cliquez sur la photo.

place Djamaa el-Fna

place Djamaa el-Fna

IMAGES DE MARRAKECH
dans le souk

dans le souk

IMAGES DE MARRAKECH

LA KOUTOUBIA

Symbole de Marrakech, le minaret de 70 m édifié au XIIe siècle a servi de modèle architectural à la Giralda de Séville et à la tour Hassan de Rabat.

IMAGES DE MARRAKECH

LA MAMOUNIA : HÔTEL DE LEGENDE

Il était une fois, au 18e siècle, un sultan qui offrit à son fils Mamoun, en cadeau de mariage, un luxuriant jardin au cœur de Marrakech, adossé aux remparts et faisant face aux sommets enneigés de l'Atlas.

Quelques siècles plus tard, en 1923, l'hôtel La Mamounia ouvrait ses portes et s'imposait comme un palace de renommée internationale, où se retrouva très vite le ghota de la planète entière. Winston Churchill y prenait ses quartiers d'hiver, tout comme Colette, Maurice Ravel, Chaplin, Marlène Dietrich, Rita Hayworth ou Alfred Hitchcock, qui y tournera des scènes de L'homme qui en savait trop.

IMAGES DE MARRAKECH
IMAGES DE MARRAKECH

Winston Churchill disait à Franklin Roosevelt que c’était pour lui "un des lieux les plus beaux du monde".

En 1943, à l’issue de la Conférence de Casablanca, ils s’y retrouvèrent en compagnie du Général de Gaulle.

IMAGES DE MARRAKECH

Tableau réalisé par Churchill depuis la terrasse de sa suite :

Sunset Over the Atlas Mountains.

le style arabo andalou du mythique hôtel

le style arabo andalou du mythique hôtel

Les jardins occupent une surface de huit hectares au sein d'un domaine de quinze hectares au total. Le parc est composé d'oliviers, de palmiers, de rosiers, de jacarandas, d'orangers, de pins d'Alep, de bougainvillées, de lauriers-roses ainsi que d'une allée de 80 cactus.

Les jardins occupent une surface de huit hectares au sein d'un domaine de quinze hectares au total. Le parc est composé d'oliviers, de palmiers, de rosiers, de jacarandas, d'orangers, de pins d'Alep, de bougainvillées, de lauriers-roses ainsi que d'une allée de 80 cactus.

IMAGES DE MARRAKECH

Le Churchill bar

IMAGES DE MARRAKECH

Notre logement dans la médina : le riad Al Assala

Edifié il y a plus d’un siècle et situé à une centaine de mètres seulement de la millénaire place Jamâa el Fna, le Riad Al Assala n’a pas changé ou presque. L’entrée discrète dans une ruelle (peu ragoutante) dévoile, une fois franchie, les splendeurs de l’architecture arabo-andalouse : un joli patio avec bassin, végétation luxuriante, sur lequel donne les chambres.

Vous pouvez combiner votre séjour entre le riad et la villa dans la palmeraie. (voir plus bas)

Une adresse en tous points de qualité… si on ne s’attend pas à du 5 étoiles style La Mamounia...

leur site est ici : www.al-assala.com/‎

IMAGES DE MARRAKECH
Très belle suite au 1er étage

Très belle suite au 1er étage

La terrasse du riad Al Assala

La terrasse du riad Al Assala

IMAGES DE MARRAKECH

En visite à Marrakech, il ne faut surtout pas rater le jardin Majorelle, une œuvre d'art vivante, composé de plantes exotiques et d'espèces rares.

Inspiré des jardins islamiques, il porte le nom de son fondateur, l'artiste peintre français Jacques Majorelle (1886-1962), qui l'a créé en 1931.

IMAGES DE MARRAKECH

Féru de botanique, Majorelle y fit planter des centaines d'essences rares et exotiques qu'il rapportait de ses voyages dans le monde entier. Il y fit édifier une villa Art déco accueillant à la fois ses ateliers et sa résidence privée.

Acheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980, le jardin Majorelle appartient à ce jour à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent qui en assure la pérénité.

A visiter de préférence tôt le matin (ouvert dès 08:00 - sauf durant le ramadan 09:00) pour éviter le flot des touristes.

Jardin Majorelle - Rue Yves Saint Laurent - Marrakech

IMAGES DE MARRAKECH
Le jardin Majorelle : un rêve pour les photographes !

Le jardin Majorelle : un rêve pour les photographes !

IMAGES DE MARRAKECH

La villa Al Assala dans la Palmeraie.

Hors de l’agitation de la médina, la Villa Al Assala se cache au milieu de palmiers centenaires, dans cette immense oasis qu'est la Palmeraie.

IMAGES DE MARRAKECH

L'entrée de la villa

IMAGES DE MARRAKECH

Le bâtiment abritant les 10 chambres.

De forme octogonale, il offre l'avantage que chaque chambre donne sur une terrasse (ou un balcon) à l'intimité préservée.

IMAGES DE MARRAKECH
IMAGES DE MARRAKECH
IMAGES DE MARRAKECH

La cuisine marocaine y est d'excellente qualité. Tajines, couscous ou ici une magnique pastilla...

IMAGES DE MARRAKECH

LES GOLFS

Avec 150 trous en services et plus de 100 en construction, Marrakech est en passe de devenir la Floride Golfique de l’Europe…

Des nombreux golfs que compte Marrakech nous en avons visité trois.

Le Royal Golf de Marrakech, créé en 1933 pour le Pacha de Marrakech Hadj Thami El Glaoui Mezouari (dont le petit-fils, Medhi fut l'interprète de Belle et Sébastien), le Royal Golf s’inscrit dans la lignée des plus beaux parcours historiques internationaux.

Avec des invités aussi prestigieux que Winston Churchill, David Lloyd George ou encore Ike Eisenhower et bien entendu le roi Hassan II, il accueille les golfeurs désireux de "jouer une légende"...

Les fairways bordés d'une végétation luxuriante et comptant plus de 15 000 arbres issus de dizaines d’essences, le Royal Golf de Marrakech représente un véritable mythe pour les golfeurs du mpnde entier.

IMAGES DE MARRAKECH

Très fameux : le trou n°15, surnommé «les seins de Brigitte Bardot » en raison de son green camouflé par deux monticules encadrant un bunker. Les deux monticules font bien entendu référence à la poitrine de B.B. mais celle des années '60...!

IMAGES DE MARRAKECH

Autre parcours très spectaculaire : celui de L'Atlas Golf Club.

Un 9 trous de 2.300 m. Très technique, il s’étend autour de pièces d’eau dominées par des collines. Un superbe parcours de qualité internationale.

Le club house comporte une très belle terrasse où l'on sert une excellente cuisine à des prix tout à fait corrects au vu du luxe de l'endroit.

L'Atlas et ses plans d'eau. "Oups ! Et il faut passer au-dessus de tout çà ?!"

L'Atlas et ses plans d'eau. "Oups ! Et il faut passer au-dessus de tout çà ?!"

Nous avons moins apprécié, le Palmeraie Golf Palace. Si le parcours est bien on sent que l'endroit est mal tenu et n'a plus de palace que le nom. Une discothèque de plein air en bordure de fairway vous casse les oreilles, en plein après-midi !

D'AUTRES IMAGES DE MARRAKECH

Le Mellah (quartier juif) de Marrakech fut construit sous le règne de Moulay Abdallah. Pour embellir sa ville, le sultan saâdien su tirer partie des talents de la population juive qui avait fui l’Espagne.

une rue de Mellahune rue de Mellah

une rue de Mellah

IMAGES DE MARRAKECH

Construite à la fin du XVe siècle par les juifs expulsés d’Espagne, la Synagogue «Salat el Azama» se trouve en plein cœur du quartier Mellah.

Plus de cinq siècles après son édification, elle reste la seule synagogue de Marrakech dans laquelle un office est célébré quotidiennement.

A partir de Marrakech, nous avons fait une excursion à Essaouira. Photos dans l'article suivant.

Partager cet article

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 12:53
Hop là-boum !

Je vous avais raconté les déboires que nous avons connus lors de notre voyage à Paris. (Voyage qui n’est plus nécessaire aujourd’hui : voir article précédent)

Nous avions raté l’embarquement de notre avion de retour, faute - à notre sens - d’annonces à Orly.

Résultat : une nuit à l’hôtel IBIS-Orly (beurk !) et l’achat de deux nouveaux billets. J’avais en son temps envoyé une réclamation à HOP (la compagnie régionale d'Air France). Sans beaucoup d’espoir, mais quand faut gueuler, faut gueuler, non ? !

Et voici qu’hier, une personne de HOP, fort aimable, m’a téléphoné pour me dire qu’ils m’avaient envoyé un mail auquel je n’avais pas répondu. Vérification faite, il avait échoué dans mes « indésirables ». Bref, il me demandait de leur faire parvenir les factures des frais engendrés !

Quand on n’est pas content, il faut le dire. Aux intéressés et autour de soi, car cela peut servir à d’autres. Mais quand une société répond à votre demande, qu’elle le fait avec amabilité, il faut le dire aussi. Je le dis donc bien haut : HOP c’est du 10/10 ! D’autant que les vols furent parfaits, personnel de cabine aimable, avions confortables. Bref, rien à voir avec une autre compagnie, fondée par un certain Tony Ryan…

Partager cet article

16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 15:04
Reynders suite et fin

Vous avez (peut-être) lu ici mon coup de gueule contre une directive du ministère des affaires étrangères pour l’obtention du « certificat de non-empêchement au mariage »

http://corneilla-niouzes.over-blog.com/la-derni%C3%A8re-de-didier-reynders.-plus-con-tu-meurs

De retour de notre voyage à Paris, j’ai écrit à Didier Reynders et à l’ambassadeur pour leur faire part de mon grand courroux.

Qu’y disais-je ? Entre autre que « l’obligation qui est faite depuis peu de se rendre à l’ambassade me semble totalement injustifiée, absurde et discriminatoire et constitue une entrave à l’exercice du droit fondamental au mariage » (…) et qu’à présent la Belgique « restreint ce droit aux personnes ayant les moyens financiers et physiques de faire le voyage pour se rendre dans la capitale ».

Genre de lettre inutile direz-vous ? Pour nous sans doute, puisque c’était trop tard. Mais une quinzaine de jours plus tard, je recevais un mail d'un compatriote qui vit dans la région et qui disait plus ou moins ceci :

"Nous voulions vraiment vous remercier pour avoir écrit à Monsieur Reynders et à l'ambassadeur, car cela nous a évité bien des inconvénients et des frais (…) Juste au moment où j'appelais pour fixer un rendez-vous à Paris on m'annonçait qu'une nouvelle directive venait de tomber selon laquelle il n'est plus nécessaire de se rendre à Paris. Ce certificat va donc nous être envoyé par courrier. Nous pensons vous devoir une fière chandelle !"

Confirmé par madame la Consul Honoraire à Perpignan, ce serait ma missive qui serait la cause de ce revirement. Comme quoi, ça vaut parfois la peine de lancer un coup de gueule ! De rage, moi qui comptait voter pour le Front National ou la N-VA ou encore pour le F.A.T.F.T.H. (Front Anticapitaliste des Travailleurs Francophones Trotskystes Homosexuels – parti qui reste à fonder) je vais devoir revoir mes positions…

Cela dit, si vous comptez aller à Paris, je vous conseille de passer une soirée au restaurant ZE KITCHEN. Fameux !

La critique de BrunoJ sur Tripadvisor :

http://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g187147-d720163-r176572447-Ze_Kitchen_Galerie-Paris_Ile_de_France.html#REVIEWS

et d’écouter :

http://www.youtube.com/watch?v=ZJFhk82sKAU

Partager cet article

Présentation

  • : Bruno Jamin
  • Bruno Jamin
  • : On s'est peut-être vu... à Marche en Famenne (47-53) ; Bruxelles (Catteau 54-56) ; Ath (57-62) ; à la 20th Century Fox (70-96) chez Belga Films - RTL? Ou ailleurs ?!...
  • Contact

Rechercher

Pages

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog